ROBERT PROCIDA, Le président de la Gauloise s’exprime sur la situation des 5 terrains homologués sur toute la GUADELOUPE pour la R1.

Robert PROCIDA, la lettre du président qui circulent sur les réseaux sociaux suite à l’annonce de la ligue de football guadeloupéenne sur les terrains de football homologués pour le championnat de R1.

Voici le contenu de cette lettre :

« Seulement 5 stades homologués en Guadeloupe, cette Terre de Champions, pour le Championnat de R1 !

Une de tous médias confondus, c’est un vrai cataclysme pour nos consciences de Responsables !

A peine à 15 jours de la reprise des championnats de la nouvelle saison, la nouvelle tombe et vient se rajouter à la longue liste des catastrophes qui secouent profondément notre pays et semblent vouloir anéantir toutes velléités de constructions de lendemains meilleurs pour notre société guadeloupéenne et singulièrement pour notre jeunesse, celle qui doit assurer la relève de notre population.

La santé, l’éducation, l’eau, … et maintenant le football, le sport le plus populaire ! Comment ne pas s’inquiéter du devenir de nos jeunes dans une société où l’actualité quotidienne nous dévoile où sont et quelles sont les priorités de ceux qui en ont les rênes ?

Les clubs sportifs survivent grâce au bénévolat sacré et incommensurable d’hommes et de femmes qui, totalement investis dans leur quartier, leur ville, leur commune, en prise permanente avec le quotidien des familles, savent que le sport est encore un levier pour prévenir et lutter contre la délinquance juvénile, l’oisiveté, les addictions toxiques, la déchéance sociale.

Le sport est facteur d’insertion, moteur de l’estime de soi, outil de réussite, source d’emplois, vecteur de valeurs et de compétences,….

 

Mettre ainsi nombre de clubs, face à une situation qui ne leur laisse pas beaucoup de choix, c’est sonner le glas de leur existence et de leur combat pour accompagner et préserver notre jeunesse.

Pour ce qui est de LA GAULOISE, elle peut envisager de se délocaliser géographiquement vers des terrains d’avenir. Elle peut aussi, pour ses 90 ans mourir de sa belle mort. Que peut-elle faire d’autre ? La question reste très ouverte.

Le coq s’est toujours battu cependant ses forces s’épuisent ! Nous venons tout juste de travailler sur la contrainte de l’installation des contrats fédéraux, que nous devons maintenant nous soucier, et dans l’urgence, des conditions de notre participation aux prochains championnats.

Nous alertions déjà le Président de la Ligue, lors de la saison dernière, sur nos difficultés financières à couvrir nos déplacements pour les rencontres programmées au calendrier.

La situation qui se présente aujourd’hui est sans recours ! Sa bienveillance pour l’essor du football guadeloupéen atteint des limites qu’il ne peut franchir et nous le comprenons.

Le terrain homologué le plus proche pour nous serait celui de Vieux-Habitants. Autant dire qu’avec 3 clubs de Basse-Terre, il sera très vite en piteux état. La fréquence et la multiplication des rencontres sur ce stade, les programmations R2 et R3, sont autant de paramètres incontournables.

Nous devrons envisager un budget déplacements hebdomadaires. Le Club ne dispose pas de trésorerie pour ce fonctionnement.

Les recettes pouvant émaner des spectateurs payants, sont loin de participer aux frais. Nous le vivions déjà.

Les clubs n’étant pas propriétaires de stades on ne peut même pas rêver d’une initiative de lancement de cagnotte en ligne pour exécuter la mise aux normes des terrains sportifs.

Le problème de l’homologation de terrains ou structures sportives concerne aussi d’autres disciplines que le foot.

Il ne faudrait surtout pas se tromper de cible dans cette affaire telle qu’elle pourrait être abusivement interprétée. Les présidents, les cadres, les dirigeants, loin d’être des lâches ou des incompétents sont confrontés, dans leur quotidien, à des murs sourds ou invisibles ou à des marchands de sommeil.

Le découragement et la déception des bénévoles n’est pas sans impacts sur la mobilisation des joueurs. La crise économique fragilise le bien vouloir de nombre de sponsors privés. Les hautes instances sportives appliquent les règles. Les collectivités, entre schémas et priorités, sont amenés à faire des choix. Les clubs sportifs, eux, gèrent quotidiennement l’humain et transforment le plomb en or.

Il est bien triste, hélas, de laisser à penser et croire que des clubs guadeloupéens de football, condamnés aux dépens , ne seraient plus en mesure de former et fournir des talents sportifs exceptionnels.

Gardons cependant la niaque du sportif ! Jouons les prolongations ! »

Robert PROCIDA

Président de LA GAULOISE – BASSE-TERRE

 

Retrouvez notre e-magazine  (appuyez sur « read ») : http://bit.ly/e-magazine_ks

 

A lire aussi : Romain MIELLE-CHIROUZE, fondateur de ZONE et gardien de but

A lire aussi : 2e Partie | Pierre-Yves Bodineau, directeur technique de la PSG Academy

A lire aussi : Simone Ghirlanda, l’agent au coeur du transfert de Kévin PARSEMAIN

Retrouvez l’actualité du football local, un sport aux Antilles incontournable pour le peuple de nos territoires dans la Ligue Guadeloupéenne de Football (LGF), la Ligue de Football de Martinique (LFM) et la Ligue de Football de la Guyane (LFG)

 

Merci de nous aimer:Déjà aimé? Vous pouvez fermer cette