Loic LABUTHIE

J’ai donné plus de 20 ans de vie à un club, à ce sport en Guadeloupe. Ce sport m’a apporté une conduite et un respect qui fait l’homme que je suis aujourd’hui. Oui, notre niveau est amateur mais la vision et la motivation des joueurs est loin d’etre amateur.

 

Karaïbes Sports, la première plateforme multimédia consacrée uniquement à l’information footballistique des Antilles-Guyane à rencontrée l’un des jeunes talents du football guadeloupéen.
www.karaibes-sports.com
photo fournie par Loic Labuthie - Photographe : @Sentann.tv

Bonjour Loic, peux-tu te présenter aux internautes de Karaibes Sports ?
Je m’appelle Loïc Labuthie 28 ans. Actuellement, je suis Ailier Droit pour l’équipe de Morne-à-l’eau dans laquelle je joue depuis l’âge de 8 ans (sourire). J’ai tout de même joué au Phare en 2016-2017. Cette saison là, l’Etoile était en Regionale 2. Je suis à près de 450 matchs joués sur 11 ans, en senior, depuis l’âge de 17 ans. Première saison avec l’équipe première de l’Etoile on a terminé champion. J’ai fini avec un total de 9 buts. Deux saisons plus tard, l’Etoile termine seconde tandis que je décroche le titre de meilleur joueur de la Guadeloupe et, meilleur buteur dans la même saison avec l’entraîneur Jocelyn Angloma

photo fournie par Loic Labuthie

Avant d’aller plus en détail sur le joueur et la personne, ça me fait vachement plaisir de voir que tu as retrouvé le sourire après l’incident contre l’Amicale de Marie Galante. Parle nous des premières minutes de cet incident. Aurais-tu un message à faire passer ?

La blessure faite par un ami, on la pardonne mais on ne l’oublie pas ; la blessure faite par un inconnu, on ne la pardonne pas mais on l’oublie… Je vois cette blessure, ce coup d’arrêt comme cela ! Je crois que je suis encore sous le choc et je ne pensais pas que ma passion m’aurait amené aussi loin du paradis à l’enfer. Ce samedi 4 novembre 2017, 16h40 le coup d’envoi du match Amical Club de Marie Galante contre l’Etoile vient d’être lancé. Je me rappelle juste que je disais à mon pote qui joue dans l’équipe adverse, Cédric Ramotte un super joueur, que je retrouve ma forme, qu’il me manque juste le but pour bien lancer ma saison ! Et voilà, l’action est lancée. A peine 10 minutes de jeux, balle en profondeur, je vois le gardien qui hésite, moi je décide d’y aller, je le voulais ce premier but mais pas de là, à me casser un membre. Le gardien décide de sortir. Sortir pour faire quoi ? Sortir pour jouer le ballon ou, sortir pour jouer l’homme ? En tout cas, chose faite, il y a eu contact puis, un silence total. Tout le stade s’est éteint. J’ai essayé de me relever pour repartir au travail et c’est à ce moment précis que j’ai constaté que tous les joueurs s’affolaient. Je me sentais incapable de me remettre sur mes deux jambes. J’ai donc constaté que c’était fini. On m’a rapatrié au CHU en hélicoptère. J’ai réussi à pardonner au gardien, c’est pour cela que j’ai choisi ce message : « la blessure fait par un ami… » Aujourd’hui je n’ai pas le choix, je dois forger mon mental car la route va être longue mais je pense reprendre en 2019. C’est l’objectif fixé pour me permettre de revenir plus fort. Et crois moi tu vas en entendre parler. Je n’ai toujours pas accepté cette blessure.

 

Apres un accident de cette envergure pour un sport amateur, des personnes pourront se poser une question. Qu’est que le football en Guadeloupe t’as rapporté à l’heure d’aujourd’hui ?

C’est vrai qu’avoir joué au football en Guadeloupe m’a ouvert des portes et aussi une personnalité ! Avant tout, l’image que je dégage quand je suis sur le terrain c’est le respect (c’est vrai que les matchs et les joueurs se ressemblent pas tous les week-ends) mais dans la vie actuelle et même à l’école de football de l’Etoile au pôle de football de la Guadeloupe c’est le respect ! Et je retiens ce qu’un grand Monsieur. m’a dit : « Si lors de chaque match tu dégages une image positive, Loïc, des portes s’ ouvriront pour toi ! » Je ne travaille pas depuis 1 an mais ce n’est pas pour cela que je baisse les bras. Il ya des gens qui m’accompagne : M. Mexence, Xavier, Lolo, Tonton Ben, le barjo la famille de ma compagne, les amies d’enfance, les arbitres de la Guadeloupe les dirigeants. Je ne suis pas seul dans ce combat er je reviendrai plus fort

photo fournie par Loic Labuthie

Tu as fait presque toute ta carrière avec l’étoile mais en 2016-2017 tu décides de partir. Mais pourquoi ? puisque un an plustard tu te retrouves à l’Etoile.

J’ai quitté le club parce qu’on descendait dans la division inférieure ! J’ai eu une proposition du président du phare pour les rejoindre mais juste le temps que l’Etoile retrouve l’élite. Ça n’a duré qu’ un an. Il faut aussi savoir que j’avais l’accord de l’Etoile pour y allez !!! Ce choix était strictement sur un plan sportif. Cela me permettait de garder mon niveau et de ne pas perdre certaines de mes capacités. Ce qui a été chose faite parce que nous avons fait une très belle saison notamment, en disputant le 7e tour de la coupe de France, en France contre Belfort.

photo fournie par Loic Labuthie

Tu as toujours été reconnu comme un vrai talent pour le football Guadeloupéen et comme tu le mentionnes, ta performance a été toujours importante pour toi.
À ton avis, pourquoi tu n’as pas intégré un club de semi-profesionnel ou encore profesionnel ?
Je pense que nous avons tous eu cette chance de rejoindre ou de faire des essais dans des clubs . Nous avons des parents qui ont eu juste le strict minimum et ils ont su nous élever, Dieu merci. Maintenant, c’est le seul regret que je dois avoir de n’avoir pas pu allez plus loin que ça. Aujourd’hui, mon terrain de jeu reste la Guadeloupe donc j’essaie de donner une image positive du footballeur guadeloupéen, plus précisément, mornalien. Partout où je passe en Guadeloupe, tout se passe bien. Dorénavant, mon travail est d’encadrer mes jeunes coéquipiers afin qu’ ils deviennent meilleur que moi. Il y a du potentiel en Guadeloupe et croyez-moi, nous n’avons pas fini d’en voir.

 

Tu parles aussi de ton année avec Jocelyn ANGLOMA. Cet homme est une légende à lui seul et son implication dans notre football est démesuré du fait de son expérience. Mais parlé nous de cet homme et Qu’a t-il apporté de plus qui t’as permis d’être le joueur d’aujourd’hui ?
Jocelyn Angloma. Je crois que pour tous les jeunes mornaliens qui font partie de l’école de football, leur rêve c’est d’être un jour comme ce grand monsieur, d’atteindre son niveau. En revanche, moi j’ai pu jouer à l’Etoile senior avec lui sur le terrain. C’était vraiment facile. Il parle peu mais, est toujours de bons conseils. Il m’a fait marquer que si c’est chose par faite ou même avoir un correspondant qui travaille surplace pour vos à la recherche d’info de beaux buts et on a fait une belle saison puis c’est devenu mon coach. Il a su me faire confiance, permis d’être le leader du groupe, il nous a permis de maîtriser un système que je crois que nous sommes les seuls à l’avoir aussi bien fait, le fameux 3.5.2. Jocelyn, c’est un père, un frère, un ami. Bref Jocelyn c’est Jocelyn quoi lol. Je dirai juste qu’ il a été l’une des personnes à m’avoir donné de bons conseils.

photo fournie par Loic Labuthie

Le niveau de notre football est souvent remis en question non seulement au niveau de notre ami, surtout quand nous jouons la coupe de France. Avec ton expérience et ton parcours dans le football local, qu’en penses-tu ? Aurais tu une proposition de solution pour nous aider à atteindre un autre pallier ?
Dans le football, nous devons tous rester à notre place. Le joueur joue, l’arbitre arbitre, l’entraîneur entraîne, le supporteur support, Etc… Moi je dis que c’est un ensemble. Nous avons un statut amateur donc les joueurs ont d’autres contraintes, école, travail etc… De plus, le football que nous pratiquons est par pur plaisir. L’état de nos terrains, des stades et des conditions d’entraînements n’ont rien à voir avec ceux des professionnels. Maintenant que nous avons la chance de nous confronter à des équipes de France et de voir que nous sommes loin d’être à leur niveau moi je dis que tous autant le statut du footballeur ne changera pas en Guadeloupe notre football restera toujours le même ! La solution est de revoir toute notre politique du football en Guadeloupe et de plus valoriser nos footballeurs parce-que pour le moment nous le faisons par plaisir. Je remercie, néanmoins, tous les joueurs car ça nous permet d’avoir des équipes pour faire ces championnats.

photo fournie par Loic Labuthie

Pourrais-tu partager un événement clef dans ton histoire avec les gwadaboys ? Qu’est-ce qui nous manques pour atteindre le niveau de notre première édition ?
Que la sélection ne soit pas prise à la légère. Je m’explique, on ne peut pas préparer une compétition en un mois, impossible. L’année de M. Salnot : fameuse époque. Toute l’année il y a eut des matchs, des rassemblements, les joueurs locaux ont été préparé pour ce genre de compétition. Il y avait une envie de valoriser la Guadeloupe (les Gwadaboys). Encore une fois, nous devons travailler tous ensemble pour atteindre ce genre de performance et non dire que les joueurs sont nuls, les entraîneurs médiocres, la ligue ne fait pas son boulot. Moi je dit stop ! Reprenons-nous en main parce que nous avons de beaux exemples: Lemar, Hatchy, Foulquier, Zamy, Cavaré, Lacazette qui sont en métropole et en Guadeloupe. Respect également pour Chaffort, Gotin, Gomez, Laurence, Catalan, Berald, Dan, Anatole, Fautrai si c’est pour vous donner des noms y en a qui se battent tous les jours pour rendre notre footballeur encore meilleur.

Merci beaucoup Loic de nous avoir consacré du temps, et toute l equipe de Karaibes Sports te souhaite un bon rétablissement. 
Bonne continuation à la Team Karaibes Sports et merci d’avoir décider de passer ce petit moment avec moi. Je voudrais aussi remercie ma compagne Tiffany Bracmort , ma mère, ma sœur, mon père, mes frères, Steve Enervé, Sam, Vivi, mes coéquipiers, les supporters, les dirigeants et mes amis qui sont tous les jours présent pour moi, qui m’apporter leur soutient car grâce à eux, je garde tout de même le sourire.

Latest Karaïbes Sports News

Merci de nous aimer:Déjà aimé? Vous pouvez fermer cette